CLIQUER CI-DESSUS POUR REVENIR AU MENU
 
NICKY LARSON
UNE CHRONIQUE DE CHRISTOPHE COLPAERT
Nicky Larson (City Hunter) est un manga de Tsukasa Hojo devenu une série d'animation japonaise produite par les studios Sunrise, productrice des dessins animés Dan et Danny en 1985, Les Samouraïs de l'éternel en 1988 ou dernièrement Cowboy Bebop en 1998. La réalisation est confiée à Kenji Kodama connu pour avoir conçu la seconde saison de Signé Cat's Eyes mais aussi pour être le réalisateur de Détective Conan, une série d'animation datant de 1996.

En France, la série a été diffusée à partir du 21 novembre 1990 dans l’émission "Club Dorothée". Malgré les grosses différences dues à la censure française, Nicky Larson sera un des gros succès de l’émission. Afin d'adapter la série à un jeune public, la version française propose des dialogues plutôt édulcorés par rapport à la version originale.

Ainsi, Nicky Larson n'invite pas les jeunes filles qu'il croise dans des love hôtels, mais dans des "restaurants végétariens", les méchants, souvent affublés de prénoms désuets ou de surnoms ridicules (Monsieur Gérard, Maurice, Adieu Mon p'tit Momo, Gros Lulu, etc.), ne cherchent pas à le tuer mais à lui "faire bobo", et n'utilisent pas des balles mais des "boulettes".
Cette adaptation des voix et du vocabulaire donne une tonalité humoristique particulière à la série : les voix des méchants et leur intonation stéréotypée mettent l'accent sur leur bêtise flagrante et la peur qu'ils ont de Nicky Larson, sans parler du fait qu'ils avouent souvent eux-mêmes être "très méchants" au cours de banales conversations. L'effet comique engendré a largement contribué au succès de la version française de ce manga en France.

De même, les scènes violentes ou de nudité ont été censurées, la version française ayant été considérée comme destiné prioritairement à un jeune public. Malgré cela, le héros apparaît bien comme l'obsédé sexuel présenté dans le manga mais cette facette est totalement absente dans le film de 1993.

La direction artistique est confiée à Maurice Sarfati qui nous a quittés le 13 novembre 2013. Il est aussi le doubleur d'une bonne partie des antagonistes de la série. La voix française de Nicky Larson est Vincent Ropion connu de nos jours pour être la voix française de l'acteur Neil Patrick Harris mais pour ceux de ma génération, il sera fortement présent dans les doublages de beaucoup de dessins animés japonais du "Club Dorothée" tels que Le collège fou, fou ,fou ou Ranma ½.
En 2005, Angel Heart repose sur l'univers de Nicky Larson tout en développant une histoire alternative parallèle. Il ne faut donc pas voir dans Angel Heart, une véritable suite à Nicky Larson. Angel Heart permet aux fans de renouer avec l'atmosphère sombre des premiers volumes de Nicky Larson. Le ton de l'animé Angel Heart est nettement moins enjoué que ce qu'a pu laissé Nicky Larson dans l'esprit de ses fans 15 ans auparavant. En France, Angel Heart est diffusé à partir du 2 octobre 2010 sur la chaîne câblée Mangas.
En 1993, le réalisateur Wong Jing sous l’égide de la Golden Harvest essaye de créer un film "live" de ce manga avec l'acteur Jackie Chan qui endosse le rôle principal. Il faudra attendre septembre 1999 pour le découvrir en France grâce à l’éditeur HK Vidéo. Une autre version voit le jour en 1996 grâce au producteur Alexander Chan : Mr. Mumble de Jun-Man Yuen et Michael Chow qui interprète aussi le héros. En 2011, une série dramatique est produite en Corée du sud par la chaîne de télévision SBS avec 20 épisodes de 60 minutes disponibles uniquement en dvd en France.
Personnellement, ce que j'aime dans cette série, c'est son personnage principal Nicky Larson qui est un Don Juan d’opérette, véritable obsédé ne pouvant s’empêcher de draguer les filles en sachant qu'il risque de se faire démolir le portrait à coups de maillet. Mais Larson est aussi une fine gâchette avec son énorme flingue (un Colt Python noir de calibre 357 avec une crosse en bois) digne de Charles Bronson ou de l'Inspecteur Harry dans de grosses scènes d'action rappelant les gunfights inspirés par John Woo. C'est un plaisir incroyable que de redécouvrir cette animé en version intégrale grâce au coffret dvd sortie chez l’éditeur Beez.
 
Les autres chroniques de Mister Nostalgia >>> Cannon Films | S.O.S. Fantômes