CLIQUER CI-DESSUS POUR REVENIR AU MENU
 
UNE CHRONIQUE DE CHRISTOPHE COLPAERT
Tout d’abord, j’aimerais dédier cette chronique à la mémoire de Menahem Golan qui nous a quittés le 8 août 2014. Il fut producteur, scénariste, réalisateur d'une quarantaine de films (la plupart tournée en Israël) et occasionnellement acteur.
Au départ, Cannon Films était une société de production de films à petits budgets. Elle fit faillite et fut rachetée en 1979 par deux producteurs israéliens qui avaient fondé Noah Films en Palestine dans les années 60. Leurs noms Menahem Golan et Yoram Globus (qui sont cousins) allaient devenir synonyme en grande partie d'un genre fortement critiqué de tout temps : le film d'exploitation. L'idée était de produire des séries B en les dotant de budgets de super-productions, ainsi sera la devise de Cannon. Les pires films jamais produits selon certains critiques réfractaires au cinéma populaire.

Le premier film de Cannon films sera une comédie musicale disco "The Apple" connue en France par ma génération - celle qu'on surnomme "les enfants des vidéoclubs" - sous le titre "Bim Star" et sera un échec retentissant. Qu'à cela ne tienne, elle se lancera dans la production de films d'action et installera plusieurs artistes au rang de légendes, leurs noms ? Chuck Norris, Charles Bronson, Michael Dudikoff et surtout Jean-Claude Van Damme avec Bloodsport.

Il faut également signaler la série des films de ninjas produits par la Cannon. Débutée grâce au succès de L’implacable Ninja réalisé par Menahem Golan lui-même, elle donnera lieu à une multitude de titres parmi lesquels Ultime Violence. A cette époque, la Cannon produit aussi nombre de films improbables tels que Mata-Hari avec Sylvia Kristel, Boléro avec Bo Derek ou encore Hercule Avec Lou Ferrigno.

En 1985, le duo de producteurs, surnommé les Go-Go Boys par le magazine Newsweek en 1979, fit plusieurs rachats entres autres plusieurs cinémas en Italie, en Allemagne, au Pays-bas mais aussi les studios londoniens d'Elstree et la société Thorn Emi Screen Entertaiment et deviennent éditeurs vidéo en créant Cannon Video SA.
Cannon Films fut un studio mythique pour le public des cinémas de quartier des années 80 car le duo Golan/Globus essaya de toucher un très large public en produisant un panel de films si vaste qu'il en est impressionnant. Ils sont pour moi l'un des plus grands studios qui marqua à jamais mon adolescence. Cannon Film était pour moi un gage de qualité même si certaines de leurs productions peuvent paraître pour certains, nanardes de nos jours.

Mon premier film Cannon au cinéma fut "Le Temple d'or" avec Chuck Norris qui aura bientôt droit à sa chronique dans ces colonnes. J'y découvris un film d'aventures totalement décomplexé et grâce à la vidéo, ma faim de cinéma d'exploitation fut rassasiée et il m'est toujours agréable de les redécouvrir. Dans tous les genres qui existent, j'ai toujours un film produit par la Cannon qui me vient à l'esprit.

Le Studio réalisa plusieurs productions dans un style plus cinéma d'auteur en produisant entre autres King Lear de Jean-Luc Godard mais aussi Franco Zefirelli avec sa version d'Othello ainsi que des réalisateurs tels que Andreï Konchalovsky (Runaway Train), John Cassavetes (Love Streams), Liliana Cavani (Berlin Affair) ou encore Robert Altman (Fool for Love).
Le duo de producteurs Golan/Globus marqua son époque de telle manière que deux documentaires rendent enfin l'hommage qui leur est dû : "The Go-Go Boys" et "Electric Boogaloo: The Wild, Untold Story of Cannon Films".
Top 10 de Christophe
1. Runaway Train
2. La Loi de Murphy
3. Allan Quatermain et les Mines du roi Salomon
4. Delta Force
5. Break Street 84
6. Massacre à la tronçonneuse 2
7. Ultime Violence
8. Lifeforce
9. Les Barbarians
10. Le Ninja Blanc
 
Top 10 de Fabien
1. Runaway Train
2. Paiement cash
3. La Rue
4. Over the Top
5. Un justicier dans la ville 2
6. Lifeforce
7. L'invasion vient de Mars
8. Cobra
9. Bloodsport
10. Delta Force
Pour finir voici quelques liens vers les bandes-annonces de films produits par ce studio mythique :
A voir aussi :
Le projet Spider-Man de 1986
 
Les autres chroniques de Mister Nostalgia >>> Nicky Larson | S.O.S. Fantômes