CLIQUER CI-DESSUS POUR REVENIR AU MENU
 
RICHARD FLEISCHER
Né le 8 décembre 1916 à Brooklyn, Richard Fleischer est le fils d’un des pionniers du dessin animé, Max Fleischer, créateur de Popeye et Betty Boop. Il commence par des études de médecine notamment en psychologie avant de changer d'orientation et d'intègrer l’école d’art dramatique de Yale où il fonde en 1937 une troupe de théâtre amateur.

En 1942, il fait ses débuts dans le département Actualités des studios de la RKO-Pathé à New York en tant que monteur des informations diffusées chaque semaine puis signe plusieurs courts-métrages de la série This is America. C'est à cette époque qu'il se fait connaître, notamment avec les Flicker Flashbacks, une série de sketches comiques et muets.

Après la fin de la guerre et sa démobilisation en 1945, il accepte un contrat aux studios RKO à Hollywood où il s'illustre dans de nombreux documentaires dont Design for death, récompensé par un Oscar. En 1946, il met en scène Child of divorce, son premier long métrage puis de nombreux films d'action à petit budget. Il s'essaye avec succès aux thrillers, tels que Bodyguard, coécrit en 1948 avec Robert Altman, L'assassin sans visage (1949) et L'énigme du Chicago-Express (1952).

Après un passage à la MGM, il rejoint les studios Walt Disney, qui lui donnent l’occasion de tourner une production à gros budget avec 20 000 lieues sous les mers (1954), suivront Les Vikings (1958), le péplum Barabbas (1962) et le film de guerre Tora ! Tora ! Tora ! (1970). Il est d'ailleurs l'un des premiers à faire usage du cinémascope (ou format large). Parallèlement aux films à grand spectacle, Richard Fleischer continue dans le registre du polar avec Les inconnus dans la ville (1955), Le génie du mal (1959), L'étrangleur de Boston (1968) et L'étrangleur de la place Rillington (1971). Cinéaste éclectique, il s’aventure également dans le domaine du fantastique en réalisant Le voyage fantastique (1966), L'extravagant Docteur Dolittle (1967), Soleil vert (1973) ou Amityville 3-D (1983). Il termine sa carrière avec les titres les moins glorieux de sa filmographie comme Conan le destructeur (1984), suite de Conan le barbare et Kalidor (1985).

Ainsi Richard Fleischer a dirigé plusieurs grands comédiens tels que Kirk Douglas, Robert Mitchum, Anthony Quinn, Tony Curtis, Charles Bronson ou encore Charlton Heston et a exploré quasiment tous les registres. En 1994, il a publié son autobiographie baptisée Just tell me when to cry. Le 25 mars 2006, il est décédé de cause naturelle à l’âge de 89 ans à Los Angeles. Certains le considéraient comme un "faiseur" doué mais c’était surtout un artisan féru de nouveaux procédés techniques doublé d’un artiste mettant son goût pour l’esthétisme au service d’un cinéma de genre qui savait parfois inclure le divertissement. Dans tous les cas, ses œuvres resteront des classiques prouvant que sa contribution aura été énorme.
Fabien ROUSSEAU.