CLIQUER CI-DESSUS POUR REVENIR AU MENU
 
PAUL NEWMAN
Paul Newman s’est imposé dans le paysage cinématographique américain comme l’un des plus grands acteurs de composition. Son charisme, sa personnalité rebelle et son jeu méthodique en ont fait une figure symbolique et incontournable du septième art. Egalement producteur, réalisateur et scénariste, sa carrière a été influencée par l’œuvre de Tennessee Williams. Cet antihéros au regard bleu préparant ses rôles minutieusement, a incarné à travers différents registres certains portraits de l’Amérique.
L’ACTEUR :
Né le 26 janvier 1925 à Cleveland (Ohio), Paul Leonard Newman est natif d’une mère hongroise catholique et d’un père d'origine allemande israélite. Il vit une enfance heureuse où dans le magasin d’articles de sport de son père, il rêve de devenir pilote d’avions. Pendant sa scolarité, il fait ses premiers pas de comédien à l’âge de douze ans dans le groupe théâtral de l’école primaire de Cleveland puis tient des rôles plus importants sur les planches du Kenyon College, dans "The Front Page", "La marraine de Charley" et "R.U.R.". A la fin de ses études, il se produit dans de petits théâtres de Woodstock et du Wisconsin. En 1951, il étudie l'art dramatique à la Yale Drama School et participe à plusieurs séries télévisées new-yorkaises telles que "The Aldrich Family" ou "The Web". En 1952, il tente sa chance à New York et entre à l'Actors' Studio sous la direction de Lee Strasberg. Il débute à Broadway dans le "Picnic" de William Inge en 1953. Il part ensuite pour Hollywood, où la Warner lui offre son premier rôle au cinéma dans "Le calice d'argent" (1954), un péplum biblique.
Déçu par cette expérience, Newman retourne à Broadway pour la pièce à suspense "La maison des otages" (1955, où il reprend le rôle que tenait Humphrey Bogart dans le film de William Wyler) de Joseph Hayes, qui lui vaut sa première reconnaissance critique. Initialement prévu pour James Dean qui décède accidentellement le 30 septembre 1955, le rôle du boxeur Rocky Graziano échoue à Paul Newman : "Marqué par la haine" (1956) le révèle comme un futur grand espoir du cinéma américain. Ce film donne aussi l’occasion à un inconnu du nom de Steve Mc Queen d’apparaître en tant que figurant.
Deux ans plus tard, il est nominé pour la première fois aux Oscars pour "La chatte sur un toit brûlant" (d’après la pièce de Tennessee Williams) avec Elizabeth Taylor. "Le gaucher" (1958, où il prend les traits du légendaire tueur Billy le Kid) et "Les feux de l’été" (1958, avec également Orson Welles) façonnent son image de rebelle. "L’arnaqueur" (1961) et "L’outrage" (1964, remake du "Rashomon" de Kurosawa transposé en western) confirment ses talents de comédien. Il personnifie par deux fois Lew Harper, le héros crée par le romancier Ross Mc Donald dans "Détective privé" (1966, avec la présence au générique de Lauren Bacall) et "La toile d’araignée" (1975), deux œuvres qui marqueront le retour du polar à la Bogart. En 1969, le duo Redford Newman se forme pour une sympathique parodie de Western, ce sera "Butch Cassidy et le Kid". Le tandem se retrouvera pour "L’arnaque" (1973) qui sera couronné de sept oscars, illustré par le fameux ragtime de Scott Joplin ("The Entertainer") où Newman interprète avec brio, Henry Gondorff, un as de l’escroquerie. Avec l’émergence d’un nouveau genre au milieu des années 70, l’acteur fait une inoubliable prestation entouré par une distribution prestigieuse dans "La tour infernale" (1975, récompensé par trois Oscars), devenu une référence du film catastrophe.
Les années 80 consacreront Paul Newman, notamment avec "Absence de malice" (1981) où il joue un homme d’affaires accusé à tort par Sally Field dans la peau d’une journaliste en mal de scoops et surtout sa remarquable composition de l’avocat déchu et alcoolique se retrouvant face à James Mason dans "The Verdict" (1982). Cité comme meilleur acteur à sept reprises pour "La chatte sur un toit brûlant", "L’arnaqueur", "Le plus sauvage d’entre tous", "Luke la main froide", "Absence de malice" et "The Verdict", il obtiendra enfin un Oscar d’honneur en 1985 et l’année suivante l’Oscar du meilleur acteur pour "La couleur de l’argent" de Martin Scorsese, en reprenant le personnage d’Eddie Felson qu’il avait composé dans "L’arnaqueur", l’épisode précédent.
Paul Newman se fait rare dans les années 90, se tournant vers un cinéma plus intimiste et un brin nostalgique comme dans "Mr. et Mrs. Bridge" (1990), "Un homme presque parfait" (1994, sa dernière nomination aux Oscars et un rôle qui lui valut l’Ours d’argent du meilleur acteur à Berlin en 1995) ou "L’heure magique" (1998). On a pu le revoir dans "Une bouteille à la mer" (1999) et "En toute complicité" (2000) où malgré son âge, ce grand monsieur n’avait rien perdu de son charisme et de sa finesse. Il avait également incarné dans "Les sentiers de la perdition" (2002), un parrain de la pègre irlandaise des années 30 aux côtés de l’excellent Tom Hanks. Dans le film d'animation "Cars" (2006), l'acteur avait prêté sa voix au personnage de Doc Hudson.
LE REALISATEUR :
Dès 1968, Paul Newman s’intéresse à la mise en scène. Il obtient avec "Rachel, Rachel" (1968), les éloges de la presse New Yorkaise en recevant le New York Film Critics Circle Award, le Golden Globe et quatre citations à l'Oscar, notamment dans la catégorie de la meilleure actrice pour Joanne Woodward, sa femme, qui sera présente dans presque toutes ses réalisations : des œuvres sensibles doublées d’une critique sociale sur la condition féminine ("Rachel, Rachel", "De l'influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites" (1972) présenté en 1973 au festival de Cannes). Il réalise et interprète deux films sur les discordes familiales ("Le clan des irréductibles" (1971) avec Henry Fonda) et le conflit des générations ("L’affrontement" (1983) dont il signe également le scénario) puis dirige sa femme pour la quatrième fois dans "La ménagerie de verre" (1987, avec John Malkovitch en second rôle), un classique du théâtre américain d’après la pièce de Tennessee Williams.
L’HOMME :
Au cours du tournage de "Les feux de l’été" (1958), Paul Newman rencontre l’actrice Joanne Woodward et se marie le 29 janvier 1958. Il a actuellement six enfants, trois de chacun ses deux mariages. Personnage important dans le mouvement pour les droits civiques, il milite activement durant la guerre froide pour le contrôle des armements en prenant part aux conférences pour le désarmement nucléaire. Il devient en 1968, délégué du Connecticut à la Convention Nationale Démocratique de Chicago, et participe aux campagnes électorales d’Eugene McCarthy et George McGovern. Ses activités politiques lui valurent d’ailleurs de figurer en bonne place sur la "liste noire" de Richard Nixon.
Il fonde en 1968 la Newman-Foreman puis s’associe en 1971 avec Barbra Streisand, Dustin Hoffman et Sidney Poitier pour fonder First Artists Production Ltd. Il consacre une part importante de ses loisirs à la compétition automobile, dont il reste l’un des coureurs les plus réputés des Etats-Unis et remporte de nombreux championnats (on se souvient que l’acteur avait pris le volant dans "Virages" (1969)).
En 1992, le couple obtient le Kennedy Center Honors. Le 21 mars 1994, l’acteur reçoit le Jean Hersholt Humanitarian Award de l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences. Marqué par la décès de son fils par overdose, Paul Newman participe aujourd'hui à de nombreuses activités caritatives contre la drogue en créant, avec Joanne Woodward, la Fondation Scott Newman (en souvenir de son fils) et parraine une ligne de produits culinaires (sauces, pop-corn), dont les bénéfices sont reversés à des organisations éducatives ou sanitaires qui prennent en charge des enfants cancéreux ou atteints de maladies du sang.
L'artiste s'est éteint des suites d'un long cancer le vendredi 26 septembre 2008 à l'âge de 83 ans à Westport dans le Connecticut.
Fabien ROUSSEAU.
 
FILMOGRAPHIE
1954 Le Calice d'argent (V.Saville)
1956 Marqué par la haine (R.Wise)
1956 The Rack (A.Laven)
1957 Femmes coupables (R.Wise)
1957 Pour elle, un seul homme (M.Curtiz)
1958 Les feux de l'été (M.Ritt)
1958 Le gaucher (A.Penn)
1958 La chatte sur un toit brûlant (R.Brooks)
1959 La brune brûlante (L.McCarey)
1959 Ce monde à part (V.Sherman)
1960 Du haut de la terrasse (M.Robson)
1960 Exodus (O.Preminger)
1961 L'arnaqueur (R.Rossen)
1961 Paris Blues (M.Ritt)
1962 Doux oiseau de jeunesse (R.Brooks)
1962 Aventures de jeunesse (M.Ritt)
1963 Le plus sauvage d'entre tous (M.Ritt)
1963 La fille à la casquette (M.Shavelson)
1963 Pas de lauriers pour les tueurs (M.Robson)
1964 L'outrage (M.Ritt)
1964 Madame Croque-maris (J.L.Thompson)
1965 Lady L (P.Ustinov)
1966 Détective privé (J.Smight)
1966 Le rideau déchiré (A.Hitchock)
1967 Hombre (M.Ritt)
1967 Luke, la main froide (S.Rosenberg)
1968 Evasion sur commande (J.Smight)
1969 Virages (S.Rosenberg)
1969 Butch Cassidy et le Kid (G.Roy Hill)
1970 Wusa (S.Rosenberg)
1971 Le clan des irréductibles (P.Newman)
1972 Les indésirables (S.Rosenberg)
1972 Juge et hors-la-loi (J.Huston)
1973 Le piège (J.Huston)
1973 L'arnaque (G.Roy Hill)
1974 La tour infernale (J.Guillermin)
1975 La toile d'araignée (S.Rosenberg)
1976 Buffalo Bill et les indiens (R.Altman)
1976 La dernière folie de Mel Brooks (M.Brooks)
1977 La castagne (G.Roy Hill)
1979 Quintet (R.Altman)
1980 Le jour de la fin du monde (J.Goldstone)
1981 Le Policeman (D.Petrie)
1981 Absence de malice (S.Pollack)
1982 The Verdict (S.Lumet)
1983 L’affrontement (P.Newman)
1986 La couleur de l'argent (M.Scorsese)
1989 Blaze (R.Shelton)
1989 Les maîtres de l'ombre (R.Joffé)
1990 Mr. et Mrs. Bridge (J.Ivory)
1993 Le grand saut (J. & E.Coen)
1994 Un homme presque parfait (R.Benton)
1998 L’heure magique (R.Benton)
1999 Une bouteille à la mer (L.Mandoki)
2000 En toute complicité (M.Kanievska)
2002 Les sentiers de la perdition (S.Mendes)
2006 Cars (J.Lasseter)
Réalisations :

1959 On the Harmfulness of Tobacco (De la nocivité du tabac, court métrage de 28 min.)
1968 Rachel, Rachel
1971 Le clan des irréductibles
1972 De l'influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites
1980 L’écrin de l'ombre (TV)
1983 L’affrontement
1987 La ménagerie de verre

 
GALERIE
Avec Robert Redford et Robert Shaw dans L'ARNAQUE
Avec Robert Redford dans BUTCH CASSIDY ET LE KID
Avec Steve McQueen dans LA TOUR INFERNALE
LA TOILE D'ARAIGNEE
Avec Tom Cruise dans LA COULEUR DE L'ARGENT
Avec Tom Hanks dans LES SENTIERS DE LA PERDITION