CLIQUER CI-DESSUS POUR REVENIR AU MENU
 
CHRISTOPHER REEVE
SUPERMAN S'EST ENVOLE
Idole de jeunesse pour toute une génération, Christopher Reeve restera à jamais la seule et unique incarnation de Superman, l'homme d’acier venu de Krypton.
Né le 25 septembre 1952, Christopher Reeve, fils d'un professeur et d'une journaliste, fait montre d'un véritable enthousiasme pour le théâtre dès l’enfance. A quinze ans, il entre à la Williamstown Playhouse, l'un des plus célèbres théâtres d'été des États-Unis, tout en suivant parallèlement des cours à l’université de Cornell à Princeton. Dans les années 70, Christopher Reeve étudie, tout comme son ami Robin Williams, à la prestigieuse Juilliard School of Performing Arts. Il en sort diplômé et joue ensuite à Broadway avec Katharine Hepburn dans A Matter of Gravity.
En 1978, il est choisi pour interpréter aux côtés d’un fabuleux Gene Hackman en méchant de service, le super-héros emblématique dans l’adaptation de Richard Donner. Un rôle gravé dans les mémoires auquel il apporte son charisme en se fondant avec aisance dans le personnage. Reconnu mondialement grâce à celui-ci, il endossera de nouveau le costume à trois reprises sous la direction de Richard Lester en 1980 et 1983 puis de Sidney J. Furie en 1987. Même si quelques effets paraissent un peu kitsch pour l’époque, les films possèdent un charme indéniable notamment avec la partition musicale de John Williams.
 
Christopher Reeve dans une posture légendaire :
Poing en avant, Superman vole au secours de l'humanité.
 
Dans Piège mortel, l'un de ses meilleurs rôles.
Mais le comédien ne veut pas s’enfermer dans cette icône du comics américain et il fera bonne impression dans le drame fantastique Quelque part dans le temps (1980) de Jeannot Szwarc et l’excellent thriller Piège mortel (1982) de Sidney Lumet avec Michael Caine. D’autres longs métrages comme Monsignore (1982) de Frank Perry, Les Bostonniennes (1984) de James Ivory, La rue (1987) de Jerry Schatzberg - pour lequel il est nominé à l’Oscar - et Scoop (1988) de Ted Kotcheff prouveront la diversité de son registre d’acteur.
Durant la décennie suivante, il s’illustre dans Les vestiges du jour (1993) de James Ivory avec Anthony Hopkins puis dans Le Village des damnés (1995), un remake signé John Carpenter. Entre temps, il continue de tourner dans divers téléfilms. Sa carrière bascule brutalement le 27 mai 1995 après une grave chute de cheval qui le rend tétraplégique. En 1997, il s’essaye à la réalisation pour le téléfilm In The Gloaming puis revient à l’écran en reprenant le rôle de James Stewart pour une version télévisée de Fenêtre sur cour (1998) de Jeff Bleckner. En 2001, il fait des apparitions clin d’œil dans deux épisodes de la série Smallville qui retrace l’adolescence de Clark Kent/Superman. Devenu un porte-parole des grands paralysés, il crée une fondation à son nom en mai 2002 pour collecter des dons afin d'encourager la recherche sur les lésions de la moelle épinière. Il devient également l’auteur de plusieurs romans dont une autobiographie.
Marié et père de trois enfants, Christopher Reeve est décédé le dimanche 10 octobre 2004 à l’âge de 52 ans des suites d’un arrêt cardiaque dans un hôpital près de New York. Grâce à une volonté inébranlable, il a prouvé la valeur de son courage en faisant face dignement à son handicap durant ses dix dernières années.
Superman ne mourra jamais, le souvenir de Christopher Reeve non plus.
Fabien ROUSSEAU.